LA SWEET

Credits //

Elodie Quenouillere
Ecriture, Mise en scène 
scénographie

Florent Hamon 
Conception sonore
interprétation

Nicolas Gastard
interprétation

Frédérique Gastard
interprétation

Morgan Romagny
Creation Lumière

Valentina Cortese
Regard complice

La Sweet est une proposition performative, chorégraphique, plastique et sonore. 

La Sweet est un au revoir à l'ancien monde, la recherche d'une résilience collective, une invitation à s'unir pour imaginer ensemble le monde d'après. 
Pour cette création, nous exposons à travers trois personnages les projections incertaines et les troubles émotionnels de notre société contemporaine en proie aux périls annoncés.
Un autre radeau de la méduse, l’illustration de l’attente d’un sauvetage, une vision poétique de l’existence humaine abandonnée à elle-même.
Ici les icônes provocatrices et revoltées du Hard-Rock,  théâtralisant l’idéologie du no futur pour reconquérir la liberté, se heurte à la vertigineuse idée de la disparition de l’humanité. 
Ces trois mélomanes partageront leurs intimes débordements dans un face à face, avec le miroir, leurs monstres, leurs spectateurs.
Pour cette création, nous exposons les troubles émotionnels et psychiques de notre société contemporaine en proie aux périls annoncés. 
Les corps, ici, traduisent l’état d’urgence et d’aliénation, les soumissions, les prises d’autorité, les libérations en chacun ainsi que l’ivresse de l’entreprise.
Les états de corps se distordent instantanément pour s’extraire d’un quotidien et rendre visibles des présences spécifiques, émotionnelles. Gestes déformés, contagieux, réfléchis ou échappés créent le corps monstrueux, celui qui se plie, se tord, se déploie. Un langage imaginaire révélant nos propres stratégies d'adaptation, nos masques, les discours convenables, adoptés, incorporés.